Archive | janvier 2010

Seb

Seb

Dessin: Baldo

Je ne sais pas quand j’ai rencontré Sébastien Favre pour la première fois. J’ai l’impression qu’à partir du moment où je suis allé voir régulièrement des concerts, il était là. Il y a donc à peu près quinze ans.

Seb vivait pour la musique. Il brûlait de cette passion par les deux bouts. Fin connaisseur du rock’n’roll au sens large il avait – comme l’association Barrocks dont il faisait parti – cette ouverture d’esprit propre à faire tomber les frontières entre les styles, entre les publics. Outre ses activités associatives il avait aussi cette formidable énergie do-it-yourself héritée du punk rock qui l’amenait à organiser des concerts de lui même – les concerts « Sophisticated Boom Boom » – un peu partout à Paris et en banlieue. Il a fait venir au fil des années – dans toutes sortes de bars et de petites salles, du Gambetta au Picolo en passant par le Café Montmartre, l’Espace B, la Mécanique et des dizaines d’autres – des groupes formidables, souvent largement ignorés du grand public et qu’il avait plaisir à faire découvrir. Il était d’ailleurs lui même à l’écoute de tous les groupes qu’on pouvait lui proposer. A partir du moment où ça lui plaisait, il ne posait pas plus de questions. Il organisait tout. Avec le sourire et cette bonhommie indescriptible.

Je me souviens ainsi lui avoir proposé pas mal de groupes qu’il a fait jouer. Mes amis québecois des Vipères au début des années 2000 qui sortaient de la Belle Province avec à peine un 45t sous le bras et se retrouvaient déjà en première partie de leurs idoles TV Killers. Il y a eu aussi les Cool Jerks, épatant groupe de Memphis avec Jack Oblivian par un torride après-midi estival. Ou encore les étonnants japonais de Mighty Moguls qui l’avaient beaucoup fait rire lors d’un concert quasi improvisé du côté de Bastille.

Le 6 Janvier encore il se disait « à ma disposition » pour m’aider à organiser les concerts de lancement d’une compilation à sortir sur sdz records. Il a toujours soutenu le label comme personne. Et les fanzines.

Souvenir aussi de son sourire extatique lors de l’inoubliable concert de Lee Hazlewood au Trianon en 2002.

Seb est mort d’une crise cardiaque dans la nuit du 9 au 10 Janvier 2010 après avoir passé des disques au Plastic, bar tenu par son ami FX avec qui il avait organisé notamment des concerts « Start Productions » dans les années 90.

Il nous manque déjà beaucoup.

Sans lui cet agenda n’aurait pas eu la même vie. Et les vies de beaucoup de gens n’auraient pas eu autant de vie.

Merci pour tout, Seb.

%d blogueurs aiment cette page :